Le statut d’autoentrepreneur est-il fait pour vous ?

Le statut d'autoentrepreneur est-il fait pour vous ?

Vous souhaitez vous mettre à votre propre compte ? Créer son entreprise est le rêve de nombreuses personnes. Pour pouvoir créer une entreprise, l’un des statuts les plus simples, tant sur le plan fiscal que sur le plan social est l’autoentrepreneur. En effet, ce statut permet de commencer, mais aussi de développer une activité en bénéficiant d’un régime fiscal et social avantageux. Si vous souhaitez vous lancer dans l’aventure, il est nécessaire de connaître si ce statut vous convient. Ci-après une mise au point sur ce qu’est vraiment le statut d’autoentrepreneur et ses avantages.

Qu’est-ce que le statut d’autoentrepreneur ?

En 2008, la loi sur la modernisation de l’économie a institué le statut de l’autoentrepreneur. Cela permet de stimuler l’entrepreneuriat individuel en facilitant le passage du statut d’employés ou de sans-emploi à celui d’entrepreneur. Un autoentrepreneur est un entrepreneur individuel qui est inscrit au registre national des entreprises. Il s’agit d’un régime qui est valable pour une personne (physique ou bien morale) qui souhaite commencer un projet que ce soit en tant que principale activité, complément d’une activité salariale ou bien de sa retraite. En effet, le statut est accessible tant aux étudiants, aux retraités ou bien aux salariés et aux fonctionnaires. Dans le cas d’un salarié, vous devez respecter la close de non-concurrence vis-à-vis de votre employeur. Si vous êtes un fonctionnaire, il vous sera nécessaire de respecter la procédure appliquée selon que vous soyez à temps partiel ou temps complet. Pour pouvoir accéder au statut, il existe plusieurs conditions, mais l’une des principales est sans aucun doute le chiffre d’affaires.

Si vous souhaitez vous lancer dans une activité commerciale et bénéficier du statut d’entrepreneur, votre chiffre d’affaires ne doit pas dépasser 81 500 euros. S’il s’agit d’une activité mixte, la limite fixée est de 80 300 euros. Si vous prévoyez des prestations de services à nature artisanale ou bien libérale, le chiffre d’affaires ne doit pas dépasser 32 600 euros. Le statut d’entrepreneur est donc compatible aux activités artisanales, commerciales, services à la personne et d’artiste-créateur. Il est important de stipuler que quelques activités sont exclues comme une activité agricole, une activité libérale qui ne relève pas de la CIPAV ou bien du SSI comme les notaires, les avocats, les agents d’assurances, les médecins, les sages-femmes….

Pour vous accompagner dans votre démarche de la création de votre statut, il existe de nombreux dispositifs d’aides à la création d’entreprise, par exemple. Il est par exemple possible de consulter des documents ou de suivre des réunions d’information auprès de la Chambre de métiers et de l’artisanat ou bien les chambres de commerces et de l’industrie. En devenant un autoentrepreneur, vous ne créez pas une nouvelle entité. En effet, vous informez l’administration que vous allez commencer une activité professionnelle à votre nom. Afin de bénéficier du statut et de ses avantages, il est indispensable de faire une déclaration auprès du Centre de Formalités des Entreprises.

Les avantages et les inconvénients du statut d’autoentrepreneur ?

Avec un statut d’autoentrepreneur, il vous sera possible de bénéficier de nombreux avantages. En premier lieu, vous pouvez commencer votre activité avec simplicité. Vous n’aurez pas nécessairement besoin de sommes conséquents pour la création de votre entreprise. Avec le statut juridique d’autoentrepreneur, vous aurez l’occasion de créer une entreprise à faibles coûts. Ensuite, le statut peut évoluer en fonction du développement de votre activité. Si par exemple votre entreprise évolue, grandit et prospère, vous pouvez aisément changer de statut en fonction de vos besoins.

Le statut d’autoentrepreneur présente également d’autres avantages comme des avantages fiscaux et sociaux. Vous bénéficierez, à titre d’exemple, d’adhésion à des régimes simplifiés ou bien des obligations comptables allégés, mais aussi des exonérations de charges fiscales et sociales. En ce qui concerne le régime fiscal, l’autoentrepreneur est exonéré de certaines taxes comme la TVA (de façon permanente) et de la cotisation foncière des entreprises. Vous serez sous le même régime social que les autres professions indépendantes en ce qui concerne la couverture sociale et le droit à la formation continue. Si vous choisissez le régime micro social, vous bénéficierez d’une affiliation à la sécurité sociale, mais aussi à un prélèvement forfaitaire des charges sociales sur les chiffres d’affaires encaissée.

Le statut d’autoentrepreneur possède néanmoins des limites et des inconvénients. Sur le plan juridique, vous ne pouvez pas bénéficier des droits qui sont liés à l’immatriculation au registre du commerce et des sociétés. En effet, l’auto entrepreneur n’est pas tenue d’être immatriculée. De plus, il ne vous sera pas possible de prendre des associés. Vous serez aussi le seul responsable de votre patrimoine personnel qui est dû aux dettes contractées pour votre activité. Sur le plan fiscal, vous ne pouvez pas récupérer la TVA sur les achats que vous avez effectués. Côté social, vous n’aurez pas à cotiser au titre de l’assurance-chômage. Et, les droits d’assurance retraite et maladie sont très faibles.

L'info marketing :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici